Psycho

Ma porte, mes clés, mon verrou, mon serrurier et moi !

Si vous avez déjà eu l’immense plaisir de vous retrouver devant votre portée fermée alors que les clés sont à l’intérieur, vous savez que c’est le genre de situation qui peut vous rendre dingue. Je vous livre mon histoire personnelle : comment j’ai été bloquée hors de chez moi. Et comment j’ai mis la main sur un gentil serrurier Paris 14, une espèce pas aussi rare qu’on voudrait bien le croire.

Ma porte, mes clés, mon verrou, mon serrurier et moi 1

Absence de serrure : la double pêne

Dans la série télévisée Jessica Jones, l’héroïne Marvel est une détective privée qui vit dans un appartement new-yorkais dont la porte n’a pas de serrure. Le truc, c’est que Jessica Jones a une particularité : elle est aussi forte à elle seule que 4 ou 5 bonhommes. Sûr que si quelqu’un tente un home jacking, il sera bien reçu !

Dans la réalité, même à Paris 14e, pas question de dormir paisiblement avec une porte qu’on ne pourrait pas verrouiller. Je vais vous raconter comment je me suis retrouvée sans serrure, un triste jour de novembre, et comment j’ai passé une nuit les yeux grands ouverts, armée d’un couteau de cuisine et d’un couvercle de soupière en guise de bouclier, à surveiller ma porte d’entrée pour éviter un remake parisien de American Nightmare.

Le cauchemar commence

Être confrontée à une porte bloquée ou à une serrure récalcitrante, c’est un peu comme de perdre sa carte bancaire : c’est une situation qui se gère avec les bons outils et un certain sang froid. Moi, je n’ai aucun des deux. Je ne fais jamais attention aux trucs comme les numéros d’urgence ou les coordonnées de plombiers, et je deviens folle dans la seconde.

Ce jour de novembre, je sors chercher un paquet de cigarettes au coin de la rue (maman, si tu me lis, sache que je ne fume presque plus, promis !). Mon voyage me prend 10 minutes à tout casser. Tout va bien jusqu’à ce que je revienne devant la porte de mon immeuble, et que je me rende compte que je n’ai pas mes clés.

Tout de suite, c’est très clair dans ma tête : je les ai laissées sur le verrou de ma porte avant de la claquer. Me voilà doublement condamnée : d’abord à trouver un moyen de pénétrer dans le bâtiment, ensuite à trouver une solution pour retrouver ma couette. Et tout ça à cause d’un paquet de clopes !

Ma porte, mes clés, mon verrou, mon serrurier et moi 2

Trouver un serrurier Paris 14 : l’autre parcours du combattant

Heureusement, il faut peu de temps pour qu’un voisin se décide à mettre le nez dehors. Je profite de la porte entrouverte pour me glisser à l’intérieur en grommelant quelques mots d’excuse. Le voisin se recule vivement : c’est que j’ai passé les 5 dernières minutes à enchaîner les cigarettes à cause du stress, et je dois avoir l’haleine d’un cendrier en fin de vie.

Me voilà devant ma porte. Je sollicite ma voisine de palier pour qu’elle me renseigne sur un bon serrurier Paris 14. Je dois avoir l’air totalement désespéré (j’ai déjà eu le temps de m’énerver, de pleurer et de me mordre la langue trois fois) parce qu’elle me propose un café. J’accepte avec plaisir. Au breuvage brûlant, elle ajoute une goutte de cognac. Je dois vraiment faire pitié.

Enfin, elle me glisse l’un de ces cartons qu’on trouve toujours dans les boîtes aux lettres, avec des numéros de téléphone de dépanneurs soi-disant « approuvés par la mairie ». Ni une, ni deux, je sors mon smartphone et je pleurniche auprès du premier serrurier Paris 14 sur la liste, qui me promet de venir aussi vite que le vent (et que sa camionnette) pourra le porter.

Ma porte, mes clés, mon verrou, mon serrurier et moi 3

Un dépannage qui s’apparente à un ratage

15 mn après mon appel, un type avec lunettes façon Jean-Pierre Coffe débarque. Il constate la situation et remue vigoureusement la tête, comme s’il venait d’apprendre le décès d’un être cher. Mon sang se gèle dans mes veines quand il m’annonce que ça me coûtera 150€, et non pas 90€ comme il me l’avait annoncé, parce que le bidule n’est pas dans le truc.

Il doit casser la serrure ! Tant pis, je n’ai pas envie de passer la nuit dehors, j’accepte. Il sort un instrument diabolique de sa sacoche, se cale contre ma porte, émet des sons étranges (entre l’effort et le plaisir), et vient me chercher pour me montrer que ma porte est ouverte et que je suis sauvée ! Sauvée, oui, mais avec un verrou à réparer.

C’est alors que le coup de grâce arrive : le remplacement de ma serrure, porte blindée oblige, avec main d’œuvre, matériel et frais divers (certainement un carrelage ou un plafond à rénover !), ça fera 350€. Cette fois, j’explose de rire et refuse tout net. Vexé, mon « sauveur » me conseille de réfléchir, prend ses cliques et ses claques, et met les voiles.

En me laissant, désespérée, avec une serrure en quatre morceaux et des clés qui ne me servent plus à rien !

Ma porte, mes clés, mon verrou, mon serrurier et moi 4

Pourquoi j’ai rêvé d’un serrurier Paris 14…

Il était alors trop tard pour envisager quoi que ce soit d’autre, et puis j’étais folle de rage. Autant vous dire que mon paquet de cigarettes et ma boîte de café y sont passés. J’étais tellement goinfrée de tabac et de caféine que j’aurais pu participer à une publicité contre l’addiction.

J’ai donc passé la nuit dans le canapé, emmitouflée dans ma couette, armée du plus gros couteau que j’ai pu trouver, à regarder ma porte fixement, que j’avais bloquée avec une table de nuit, pour m’assurer que personne ne rentrerait chez moi. J’ai fini par tomber dans un sommeil de plomb et par rêver d’un serrurier Paris 14 qui ne m’aurait pas cassé ma serrure.

Au réveil, une autre voisine, interpellée par l’état de ma serrure, est venue me soutenir. Au détour de la conversation, elle me sort l’adresse de ce site Internet dont je suis depuis tombée amoureuse. Elle me dit d’essayer, que leurs dépanneurs sont tous très bien. Je me connecte et fais appel à un serrurier Paris 14 pour venir me remplacer le verrou sans que ça me coûte mon bras gauche.

Un mec très bien arrive, qui habite au coin de la rue, juste derrière mon marchand de tabac. Il me propose de me changer ma serrure en 30 mn et pour une centaine d’euros, ce qui me rend mon sourire. Et là, vous ne devinerez jamais ce qu’il me dit : que même une porte blindée, si elle n’a pas été verrouillée, peut être ouverte avec les bons outils. Sans être cassée.

Comment j’ai mis 1 semaine à me calmer

Quoi ? Le premier zigoto a donc brisé ma serrure simplement parce qu’il espérait gagner quelques sous en plus ? Et moi, j’aurais pu passer une nuit correcte, dans mon LIT, sous ma COUETTE, sans avoir besoin de tenir ce fichu couteau tellement fort que je n’ai pas pu desserrer mon poing pendant toute la journée suivante ?

Il m’a fallu beaucoup de philosophie et une longue séance de massage pour me détendre et parvenir à faire le deuil de ma serrure (et de mes jolis billets de banque). Moralité : quand tu cherches un bon serrurier Paris 14, choisis bien ta voisine et prends celle qui a les meilleurs contacts !


MesDépanneurs.fr : des russes s’attaquent à un… de digitalbusinessnews

Léa Deltour

"Léa les bons tuyaux" me surnommaient déjà mes camarades de classe à la fac. Ici, pas de chichis ni langue de bois, uniquement des informations croustillantes !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *